Outils et stratégies anti-négativité

Conférencière - Formatrice - Auteure

Outils et stratégies anti-négativité

Note : Dans le présent article, les termes employés pour désigner des personnes sont pris au sens générique; ils ont à la fois valeur d’un féminin et d’un masculin.

Dans mes écrits précédents, j’ai expliqué qu’avoir des pensées négatives, c’est normal. C’est même nécessaire … jusqu’à un certain point !

Car l’amygdale – qui en est la source – est là pour nous protéger, nous mettre en garde contre des dangers potentiels.

Le problème, c’est que souvent – sans même nous en rendre compte – notre négativité se multiplient, s’infiltrent, s’insinuent petit à petit et font de nous une personne négative !

La France est championne dans son genre. Le moindre incident : train en retard, embouteillage, problème climatique… et les voix vont s’élever pour râler, se plaindre, être frustré (pour ne pas dire en colère) et voir tout en noir.

Les pensées négatives sont répétitives et se cumulent. Elles sont majoritairement fausses car basées sur des idées, des croyances et non des faits avérés.

Et même si les faits sont « exacts », leur lecture, leur traduction fera la différence.

Par exemple : vous avez prévu de pique-niquer et le jour tant attendu, il pleut. Le fait avéré, c’est la pluie.

La pensée que vous avez eue : « La journée est gâchée » est simplement une idée négative ! Car rien ne prouve que votre journée va être gâchée. Elle sera certainement différente de ce que vous aviez prévu, mais pourra aussi être extraordinaire, vous laissant de merveilleux souvenirs !

La difficulté avec les pensées négatives, c’est que nous n’en avons souvent pas conscience. C’est comme un gaz toxique invisible mais bien présent.

Et lorsque nous en avons conscience, le réflexe est de les combattre ! Et de vouloir changer !

Or, je l’ai déjà mentionné dans d’autres écrits ou vidéos, il n’est pas question de se transformer, devenir un autre …

En tant qu’être humain, nous sommes uniques, avec notre personnalité, notre identité.

Par contre, tout au long de notre vie, nous allons développer des comportements, attitudes, croyances.

C’est dans ce terrain de jeu-là que nous pouvons jouer !

Par exemple, si vous avez développé un comportement timide (susceptible, arrogant, défaitiste, etc…) et qu’un jour, vous réalisez que ça ne vous convient plus, vous pouvez décider de développer une nouvelle attitude comme confiante, détachée, humble, positive…

Il ne s’agit pas de combattre un comportement, j’insiste là-dessus, mais bien de s’en donner un nouveau !

Vous avez développé un « muscle » qui pourra peut-être un jour ou l’autre vous être de nouveau utile. Donc, gardez-le ! Mais compléter votre panoplie en en développant d’autres.

Ou autrement dit : donnez-vous d’autres cordes à votre arc !

Donc, pour se faire, vous allez avoir besoin de passer par plusieurs étapes, comme un entrainement sportif.

Je vais vous donner plusieurs outils et stratégies afin que vous ayez du choix et prendre la meilleure façon pour vous d’y arriver.

Il y aura des actions à mettre en place au niveau de :

  • Vos pensées
  • Votre entourage et environnement
  • Vos comportements

Chapitre 1 : Le travail de la pensée

Il y a un élément essentiel dont vous avez besoin de prendre conscience avant tout :

Nous sommes auteurs de nos pensées !

Je répète : nous sommes auteur de nos pensées.

la négativité dans les pensées

En clair, c’est vous le chef d’orchestre, le guide, le créateur, le responsable …

Pas au sens d’un jugement … Mais dans l’esprit que vous avez un certain pouvoir et que vous avez besoin de l’exercer maintenant !

Pour cela, vous avez plusieurs pistes que je vais numéroter pour en simplifier la lecture, mais qui ne sont pas absolues (vous pouvez toutes les utiliser ou en choisir quelques-unes au choix), ni dans un ordre obligatoire.

Je les ai classées selon ce qui me semblait le plus logique et pertinent dans l’approche, la facilité de progression et le cheminement que cela engendrait. Mais suivez votre instinct et si une tactique vous appelle plus qu’une autre, quel que soit l’ordre dans lesquelles je les ai écrites, faites-vous confiance. !

  • 1ère tactique : Repérer vos pensées négatives

Ça parait simpliste … Mais souvent, nous n’en avons pas conscience ou de manière parcellaire. Soyez attentif à votre manière de penser, réagir, voir les choses, les analyser. Et si, vous vous rendez compte que ça n’est pas évident pour vous … demandez à quelqu’un de confiance de vous le signaler afin que vous le réalisiez plus facilement.

Car nous ne pouvons pas agir sur quelque chose dont nous n’avons pas conscience !

  • 2ème tactique : assumer cette facette de nous-même

Vous pouvez être conscient de votre négativité et

  • ne pas vouloir en changer … Dans ce cas, n’allez pas plus loin dans votre lecture !
  • le vivre de manière inadéquate mais sans vraiment l’accepter. Ne vous juger pas « négativement » … Car ainsi vous reproduiriez votre ancien comportement et seriez dans un cercle vicieux !

Vous avez besoin d’accueillir cette facette de vous-même. Elle n’est pas mauvaise. Elle vous a servi jusqu’à aujourd’hui. Vous ne l’auriez pas développée chez vous si elle n’avait pas eu un aspect utile.

  • 3ème tactique : remettre en question votre façon de penser

Réaliser que les pensées négatives peuvent être nocives pour vous, n’est pas suffisant. Vous avez besoin de changer votre manière d’analyser les évènements, les actions, les personnes.

Vous conduisez et devant vous, un conducteur fait une mauvaise manœuvre, a un comportement inadéquat.

Certes, cela peut être un mauvais conducteur. Et, vous avez raison, malheureusement, il en existe !

Mais c’est tout aussi possible que cette personne ne connaisse pas bien le coin, qu’elle-même a été surprise par un incident qui l’a fait réagir, qu’elle ait même fait une erreur de conduite, sans pour autant être un mauvais conducteur.

Vous n’avez rien pour vous prouver l’une ou l’autre des hypothèses.

Donc, ne juger pas de manière absolue, définitive. Laissez la place au doute.

  • 4ème tactique : prendre conscience de l’impact des pensées négatives

Si je reprends l’exemple du « mauvais conducteur », comment vous allez vous sentir après, lorsque mentalement, vous l’aurez traité de tous les noms d’oiseaux (pour être polie), que vous serez énervé contre ce @#&**#@ et que vous en aurez voulu à la terre entière à cause de ces dangers publics …

J’imagine que vous ressentirez minimalement, une tension interne, de la frustration et /ou de la colère, que la suite de votre trajet risque de ne plus être aussi plaisant …

Cela peut rendre l’atmosphère lourde, vos relations aux autres difficiles et vos journées ternes (pour ne pas dire gâchées)

Maintenant, imaginez un instant que vous constatiez effectivement l’erreur de conduite, mais à la place d’une pensée négative, vous ne fassiez que le constat sans jugement à priori. Oui, la personne au volant a fait un écart dangereux. C’est vrai.

Et … ???

Laissez aller pour ne pas être affecté et que ce soit VOUS qui viviez des moments difficiles !

  • 5ème tactique : relativiser erreur et échec

Je ne connais personne au monde qui ne fasse pas d’erreurs ou ne vive pas d’échecs.

Cela fait partie de nos vies car l’être humain est un être d’apprentissage.

Tout ce que nous savons vient d’expériences, répétitions, modèles, découvertes, leçons, travail, etc …

Nous nous construisons, nous enrichissons au fur et à mesure de nos vies.

Et cela passera par des phases d’essais-erreurs.

Et si nous voulons grandir, en tirer profit, les retourner à notre avantage, nous avons à être honnête vis à vis de nous-même, sans nous sous-estimer ou nous dévaloriser, mais aussi en prenant notre part de responsabilité.

Croyez-vous que l’enfant qui tombe « quarante douze mille fois » lorsqu’il apprend à marcher, va se dévaloriser et le vivre comme des échecs ?

Non, pour lui, ça sera des expériences, des apprentissages, des prises de conscience sur l’équilibre, le centre de gravité, la mise en place de relais neurologiques, d’acquisitions psychomotrices, etc …

Il n’aura pas cet auto-jugement que nous installons en nous progressivement et qui nous fait douter de nous, nous dévaluer, nous flageller à cause de nos erreurs…

En PNL (Programmation Neuro Linguistique), nous disons : « il n’y a pas d’erreur, il n’y a que des apprentissages ! » À vous de les rendre pertinents, constructifs, utiles.

Pour découvrir les 25 autres tactiques puissantes et transformer votre vie, restez connecté ! Mon prochain ebook arrive bientôt, rempli de conseils et de stratégies inspirantes pour cultiver une attitude positive. Ne manquez pas cette opportunité !

Stratégies Évolution

Jacqueline ARBOGAST

Entrepreneure, Auteure, Conférencière, Formatrice

@jacquelinearbogast

@strategiesevolution

Partager cet article:
NOTRE BLOGUE

DERNIÈRES NOUVELLES ET CONSEILS

Développement personnel, Bien-être au travail

19 Juil 2024

Pourquoi je n’aime pas les qualités

Explorez pourquoi les notions de "qualité" et "défaut" peuvent être réductrices et découvrez une approche innovante pour mieux comprendre et gérer les comportements humains.
Bien-être au travail, Développement personnel

14 Juil 2024

Mes 20 outils pour mieux gérer ou éviter les disputes, conflits et mésententes

Les conflits font partie des relations, mais il existe des manières d'éviter les disputes ou mieux les gérer, voici 20 atouts à utiliser.  
Développement personnel, Bien-être au travail

12 Juil 2024

Comment sortir du jugement négatif sur soi et les autres ?

Nous jugons si facilement, les autres et nous-même, et la majorité du temps de façon négative ! Dans cet article je vous livres 3 techniques pour en sortir.
Développement personnel, Bien-être au travail

12 Juil 2024

Comment faire face aux différentes formes de critique ?

Vous êtes content de vous et votre collègue, votre boss, votre client vous fait une critique qui vous touche et vous blesse.